Accueil > Blog Asie > Ombrelles, grottes et spas

Ombrelles, grottes et spas

vendredi 25 janvier 2008, par Dominique Landre, Jean Landré

Jeudi

Pendant l’absence de Daniel, Bee s’ennuie ! En bons samaritains, Dominique et Jean l’appellent pour l’inviter jeudi matin à faire un tour en ville ensemble et en moto. 9h précises, Bee est là. Chacun enfourche son engin avant de déterminer la destination. En fait, c’est Bee qui en propose une... une source d’eau chaude à 34 Km de Chiang Mai. Hauts cris de Dominique. "C’est trop loin, j’ai peur !". Heureusement, il y a un plan ’B’ : la fabrique d’ombrelles à 7 Km... qui emporte l’adhésion de la peureuse. Elle qui ne voulait même pas rejoindre le Lanna Golf que Jean voulait photographier pour illustrer le texte d’Alain. Avec qui va monter Dominique ? Bon c’est décidé, elle préfère Bee comme cocher pour commencer.

En effet la fabrique est vite atteinte. C’est à la fois un atelier ou l’on voit les artisans à l’ouvrage, et une boutique pour touristes que Jean exècre. Alors que Dominique achèterait le magasin, son mari calme le jeu en rappelant que les sacs sont déjà pleins à craquer et que les délicates ombrelles arriveraient en morceaux.

Au fond de l’atelier, on distingue les rouleaux de bambou. Ce matériau, découpé a la main et assemblé de même, donne une structure très légère qu’il suffit ensuite de recouvrir de papier. On fait sécher le tout au soleil, ombrelles toutes déployées, mais blanches pour l’instant. Tout cela se raidit comme l’entoilage d’un avion.

La technique est la même pour les éventails (fans). Le support blanc est ensuite peint. Un certain nombre de modèles est ainsi propose aux acheteurs. La béatitude des visiteurs est aussi mise a profit par les artisans qui ne manquent pas de proposer leurs services aux badauds comme cette dame qui n’a pu résister à la décoration de son corsage. Cela tiendra t-il au lavage ?

Pas loupée.

Le coté kitch ne peut pas se terminer autrement qu’avec la photo souvenir : mettre la tête dans un trou et faire l’andouille devant le photographe !

En direction des sources chaudes

Tout s’est tellement bien passé jusqu’à présent que Dominique accepte de poursuivre la route (Jean connaît bien sa madame ’NON’. Elle avait même fini par dire OUI le jour du mariage !). Cependant, elle change de cheval et préfère la Honda rouge où elle est moins recroquevillée. Sur la route, Bee s’enquiert du chemin car personne n’a de carte. Et Jean qui a toujours peur de se perdre ?

Une étape imprévue se présente : le Bouddha des grottes. Les motos tournent à gauche vers Mae Oon. Les farangs ne comprennent pas trop ou Bee les emmène. Il faut payer pour garer les motos, payer pour les tickets, prendre le sac de sable qu’on vous tend et commencer à monter vers le bouddha qu’on distingue en haut. Une pensée émue traverse la tête de Dominique, pour son homonyme, qui aurait laissé les intrépides monter tout seuls !

Entrée de la grotte
En fait le bouddha du haut ne ponctue que l’entrée d’une grotte ou nos amis donneront leur ticket et leur sac de sable avant d’entamer une descente vertigineuse vers les entrailles de la planète. Il y a certes des escaliers en béton qui sont les bienvenus. Quant au sable, hissé jusque là, ils supposent qu’il servira à compléter les marches en ciment.

L’escalier n’en finit pas. La grotte est éclairée mais Bee et ses deux suiveurs, sont les seuls visiteurs. C’est impressionnant. Elle s’arrête à chaque lumière car un néon éclaire chaque Bouddha. Les Landré finissent par l’imiter et prient Sainte Électricité.

Les sources chaudes sont atteintes rapidement après quelques virages en épingle a cheveux pour quitter l’étape des grottes. Sankumpang est en fait une sorte de ’resort’ pour curistes. L’eau jaillit, bouillante, et l’on peut se faire cuire un œuf, ce qui est réalisé ’illico’ par Dominique. Ell pense à une situation équivalente en Algérie, vécue voici 34 ans.

Bee, Jean et Dominique reposent leurs pieds dans l’eau qui serpente pour refroidir. Ils croisent surtout des groupes de scouts qui semblent être venus a pieds (Pèlerinage ?). Un vieux sage joue de la flute et recherche le dialogue. Il insiste pour que Jean dépose un mot sur son ’Book’ et fait chanter aux scouts ’A-B-C-D’. C’est peut-être une comptine abécédaire pour les petits mais pour Jean, c’est en fait la mélodie de "Ce n’est qu’un au-revoir". Il la chante avec les autres, bel exemple de fraternité !

Dernière rencontre, c’est le Révérend Mwangati Whenda-Bhose qui engage la conversation dans un français parfait. Congolais d’origine, il est à Chiang Maï pour un an. Évangélisation et enseignement de l’anglais. Promesse lui est faite d’envoyer sa photo par email. Ni jaune ni Pharang [1], Jean aurait dû demander à Germain-Arthur s’il y avait un qualificatif spécial pour lui, dans le pays.

Les 34 Km du retour seront avalés en deux étapes. L’estomac de Dominique crie famine. Elle n’a pas encore pris son petit déjeuner, à 14h passées. La soupe aux nouilles, à mi-chemin est toujours très appréciée, au tarif syndical de 1/2 Euro. Et sans conséquence digestive.

La vue panoramique dont jouissent les motocyclistes permet de décupler les découvertes. Jean observe que la temporisation des feux rouges est affichée (Voir 11 secondes restantes). Cela donne le temps aux chauffeurs de redémarrer leur moteur (économie ou pollution ?). Au fait, on a oublie de passer par le Lanna Golf. Tant pis, chers lecteurs, ce sera pour l’an prochain...

Jambes en l’air

Portfolio


[1Pharang : c’est plutôt un ’blanc’. Mais y a t-il un mot pour les ’noirs’ en langue Thaï ?

Messages

  • de Gerald R.
    Voui voui voui, je vais sur votre site chaque soir pour voir si on vous a pas kidnappés ..... GAG !!
    Une vraie épopée ... Pas trop fatiguant ?? , moi je pourrais pas faire cela ....
    Bizzz du non grèviste


    de Michel L.
    Bonjour les amis, super votre carnet de route ! Vous voyagez ou vous écrivez, comment faites vous ? Moi, je voyage toujours le nez au vent, je garde tout dans ma tête et votre travail m’impressionne ! Mais je suis né un dimanche comme le disait ma mère ! Avez vous le temps de faire la sieste ?
    bon voyage bises


    de Guillaume L
    Grand merci Dominique, pour votre délicate attention. J’ai fait passer votre mail à toute l’équipe. Les photos font en effet rêver.
    Et on vous rejoint tous à Kho Lanta ! Ah... non... à Kho Poda.
    Amitiés,


    de Veronique B
    Quel plaisir d’avoir de tes nouvelles. Je suis contente que votre voyage se passe bien. L’Asie est vraiment un plaisir et un dépaysement. Vivement la retraite.
    Je suis allée sur votre blog (ton mari a fait quelque chose de génial) lorsque tu m’avais donné l’adresse et j’ai pu voir le merveilleux mariage des enfants. Je n’ai pas eu le temps d’y retourner depuis. Mais maintenant que tu me dis qu’il y a des photos je vais y aller. Que les photos soient belles ne m’étonnent pas. Je vous donnerai tout de même mon avis à tous les deux.


    de Bernard G
    Nous pensons avoir reconnu lendroit ou se trouvent votre chambre pres de Ta Peh Gate.’Je vois egalement que vous avez fait la visite du Doi Inthanon avez vous continue sur Lamphun et Lampang qui ont également des choses interessantes a devoiler.Il faut manger, au moins une fois, le Khao Soy (plat economique et typique de chiang mai) qui vous changera du traditionnel Khao phat moo ! Vous qui connaissez les parcs a huitres de Marennes essayez egalement l omelette d huitre (plat chinois) et les poissons cuits dans leur bouillon au jus de citronnelle et de coriandre fraiche. Bon appetit !


    de Charlie B
    Je suis déjà allé voir votre blog et ai pu y voir plusieurs photos de Daniel et Bee avec vous.
    Si, par un hasard extraordinaire, le commandant de bord de votre vol vers Bangkok était le commandant R. vous avez été pilotés par mon neveu Jean-Philippe, qui vit à Abu Dhabi et travaille pour Etihad Airways comme commandant de bord et instructeur sur Airbus ;-) ! Si c’est lui qui vous pilote au retour, demandez au chef de cabine ou à votre hôtesse si vous pouvez aller le saluer de la part de son neveu Charlie. Vous pourrez peut-être assister à l’atterrissage dans le cockpit. C’est très impressionnant ! Bonne continuation et à bientôt !

  • Je suis soulgée de voir que Dominique ne risque rien côté charme des ’nanas’ locales dont celle photographiée avec Jean.
    Y a pas de joilie filles dans le coin ou quoi ?
    Comme au Vietnam par exemple.
    J’ai envie de précisions(par Jean) sur le côté féminin des nanas. Des précisions par Dom sur le côté athlétique des mecs (à quant irez-vous à un match de boxe - ou démonstration de kun Fu ou autre
    quel est l’art martial privilégié ? (parce que le golf je m’en fous) à plus - et merci
    françoise (et le yoga, on en propose dans les hôtels ?)

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.