Accueil > Blog Asie > Chiang Mai 2eme jour

Chiang Mai 2eme jour

vendredi 18 janvier 2008, par Dominique Landre, Jean Landré

Choix des photos

Réveil 4h pour Jean, le temps de choisir/transférer/réduire les photos et noter les actions de la veille. Le forum commence à fonctionner. Se sentir lu, aiguillonne nos rédacteurs. Alain fourbit ses armes !

En ce jour (17 janvier 2008), les Landré ont une pensée émue, d’une part pour le papa de Dominique qui aurait 100 ans aujourd’hui et d’autre part pour Francine, la marraine de Jean… encore loin de ses 100 ans ! Ils ont réussi à joindre Jeanine, sa sœur jumelle ravie de recevoir un témoignage aussi lointain. Jeanine a pris en note le nom de domaine www.famillelandre.fr pour que ses enfants lui montrent le Blog.

Les farangs

Statue kitch dans un temple

Selon Daniel, les farangs, sont les étrangers. Ce surnom n’est pas péjoratif, c’est le nom d’une sorte de goyave à la chair blanche et du même nom.
8h Déjeuner pris dans le jardin du premier bar ouvert près de l’hôtel.
9h30 RV de toute l’équipe pour un tour de ville (temples et marchés) à pieds
Dans un des jardins de temples, entretenu par les moines, des objets très ’kitchs’ comme ce Donald au Wat Mahawan, le temple voisin de l’hôtel.
 Nombreux polos jaunes aux armes du Roi vendus au profit des œuvres sociales de la royauté.

Visite du grand marché près de la rivière Ping.

Alain goute le riz complet gluant

Daniel et Bee achètent plein de petites choses à goûter : des crêpes bleues, colorées avec des fleurs. C’est rare de la nourriture bleue ! Du riz complet gluant, conservé dans un bambou ou une feuille de bananier. La couleur marron n’est pas engageante mais le goût est délicat, légèrement sucré. Les fruits-confits de toutes les couleurs, emballés dans des sacs transparents. Marché aux fleurs, également très coloré, situé le long de la rivière Ping.

Vie monastique

Les jeunes moines

Phra Sing est le plus grand temple bouddhique de la ville.
Grand aussi parce que entouré de son monastère et de l’école des moines et moinillons. Un moine ne doit pas porter sur lui plus de 7 choses (y compris ses habits, chaussures etc.) Bee a acheté au marché un seau rempli d’objets de première nécéssite comme des allumettes, rasoirs jetables, riz, savon. C’est un package "spécial offrande" qu’elle dépose près des autres seaux. Les moines jouissent de certaines priorités. Ils s’assoient par exemple devant, dans les taxis et autobus. Les mauvaises langues disent que c’est mieux ainsi. En effet comme ils ne se lavent pas tous les jours, ils sentent mauvais, paraît-il !

Benediction

Offrandes et prières auprès du moine qui arrose copieusement les Landré avant de nouer le fil de coton (qu’ils devront garder 3 jours).

Grenouilles
Autre marché ou l’on découvre d’autres milliers de choses à manger, dont ces grenouilles !

Déjeuner au centre ville, derrière la porte Ta Pei. Daniel connaissait les parents et grands-parents des jeunes qui ont repris ce restaurant. Les plats sont soigneusement photographiés et sommairement titrés en anglais pour les "Farangs". C’est propre. On commence cependant à avoir l’impression de manger la même chose car les ingrédients reconnus sont toujours les nouilles et le riz. Impossible de mémoriser tous les trucs qu’ils mettent dedans !

Le climat sans comparaison plus agréable ici. même à midi, la température est supportable... mais la sieste aussi.
Nouveau RV fixé a 18h30 pour rejoindre le dîner-spectacle réservé.

Diner Kantoke au centre culturel du vieux Chiang-Maï

Restaurant du centre culturel Thai

Le Kantoke est le nom du plateau rond sur lequel sont disposées les victuailles. Le Sangloh dépose les 8 Farangs sur le parking du restaurant. Les petites lumières, la sonorité de la harpe et les mélodies du joueur de khène en font en endroit magique. Le spectacle de danses traditionnelles se déroule au centre où l’on s’installe par terre pour manger. Comme c’est jugé douloureux pour le dos des Farangs, ceux-ci choisissent des tables, plus confortables, en périphérie de la salle. Les danses féminines sont plus nombreuses que les chorégraphies masculines. Les femmes effectuent leurs mouvements symboliques au ralenti (bobinage de la soie, maniement du sabre). Pour la danse des doigts d’or, les doigts sont prolongés par de longs ongles recourbés, très esthétiques. Elles portent toutes le chignon à la mode 1900.

Chiang Mai 3eme jour

Portfolio

Messages

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.